L'égalité des femmes et des hommes dans la vie personnelle et professionnelle

Le projet Timetis se situe au croisement de deux problématiques : la discrimination professionnelle entre les femmes et les hommes et la conciliation des temps de vie. La répartition entre le temps de travail et les temps sociaux ne se fait pas de manière identique pour les hommes et les femmes : le temps n'est pas neutre en terme de genre. Ainsi, les inégalités qui existent dans la sphère privée contribuent à entretenir des inégalités dans la sphère professionnelle.

Femmes et hommes sont différents quant à la durée du temps de travail

Malgré une féminisation de la population active française, le taux d'activité des femmes en âge de travailler reste encore inférieur à celui des hommes. De plus, femmes et hommes sont différents quant à la durée du temps de travail : le temps partiel reste une affaire de femmes.

En outre, le temps partiel n'est pas considéré en France, comme un moyen de mieux concilier vie professionnelle et vie privée mais comme une conséquence d’une demande plus grande de flexibilité de la part des entreprises et comme une réponse politique pour lutter contre le chômage. Depuis quinze ans, les emplois créés en France ont été essentiellement à temps partiel et en horaire atypique dans les services et le commerce. Pour les organisations syndicales, le temps partiel est clairement identifié comme une forme inégalitaire de travail. C’est d’ailleurs une forme de travail fortement subi par les salarié(e)s.


Femmes et hommes ont une utilisation différente des temps sociaux

Les femmes continuent d'assumer 80% des tâches domestiques. Par conséquent, elles accumulent du temps de travail rémunéré et du temps de travail domestique au détriment des temps de loisirs et de repos. C'est ce qu'on appelle la « double journée » !


Il y a des conséquences sexuées à la réduction collective du temps de travail

Le temps libéré par la RTT n'a pas été utilisé de la même façon par les hommes et par les femmes. Les premiers l’ont consacré aux loisirs, les secondes à des tâches ménagères. Ceci illustre bien le fait que la conciliation des temps repose sur les femmes.

Cette inégale répartition femmes - hommes entre temps de travail passé à la maison et temps passé au travail, contribue à créer et entretenir des inégalités professionnelles ou des pratiques discriminatoires de la part des entreprises : temps partiel essentiellement réservé aux femmes, tolérance sociale plus grande vis-à-vis du chômage féminin, « plafond de verre » dans l'accès aux responsabilités, « mur de verre » dans certains secteurs, accès à la formation plus difficile, niveaux de retraite inférieurs, écarts de salaire persistants, précarisation de l'emploi féminin…

Promouvoir une conciliation des temps de vie plus équitable entre les femmes et les hommes est un enjeu majeur pour faire progresser l'égalité au travail et dans l’emploi.

Ce thème s’inscrit pleinement dans l'entreprise. Mieux prendre en compte les enjeux sexués du recrutement, de l'absentéisme ou de la qualité de vie au travail dans la gestion des ressources humaines va jouer sur la compétitivité des entreprises. De même, l'implication des représentants du personnel et des membres des organisations syndicales sur ces questions est nécessaire et essentielle pour améliorer leurs actions en faveur de l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.


Le projet TIMETIS est cofinancé par le Programme d'action communautaire EQUAL du Fonds social européen (2000-2008) dont l’objectif est de lutter contre toutes les formes de discrimination et d'inégalité dans la sphère du travail et de l'emploi. Pour plus d’informations : www.equal-france.com